Actualités

Recherches sur l'histoire des jardins : Le groupe de recherche poursuit ses travaux et fait appel à vos souvenirs Participez >

Conférences

Calendrier complet des prochaines conférences des Amis du Vieux Saint-Claude  

Publications

Toutes les publications disponibles sont présentées en ligne. Pour les commander, téléchargez le bon de commande >>

Adhésion

Soutenez l'association et obtenez de nombreux avantages :
Les avantages de l'adhésion >

 Conférence du mardi 5 novembre 2019

Jeanne-Marie JANDEAUX : Les lettres de cachet pour affaires de famille en Franche-Comté au XVIIIe siècle

Hasard du calendrier, la médiathèque Le Dôme accueillait pour la deuxième fois cette année dans son confortable auditorium une conférence des Amis du Vieux Saint-Claude, toujours en lien avec son fonds Voltaire. Après un sujet sur la mainmorte en mars, celui de novembre abordait un autre symbole de l’absolutisme combattu par le philosophe : la lettre de cachet, ainsi nommée car elle était fermée avec une bandelette scellée d’un cachet de cire, garant de sa confidentialité. Cependant, ce n’est pas à la lettre de cachet pour motifs politiques, dont la légende noire est bien connue du grand public (dont le cas célèbre du Masque de fer), que Jeanne-Marie Jandeaux s’est intéressée pour sa double thèse de l’Ecole des chartes (2008) et de l’EHESS (2016), publiée en 2017, mais à celle qui relève des affaires de famille, jamais étudiée jusque-là pour la Franche-Comté.

Mme Jandeaux, par ailleurs directrice du Service commun de documentation (ex-bibliothèques universitaires) de l’Université de Franche-Comté, a passionné l’auditoire – que l’on aurait souhaité plus nombreux – en détaillant les différents aspects de cette procédure qui a pris son essor dans les années 1740 et que l’on peut rapprocher de l’internement à la demande d’un tiers, toujours en vigueur pour les aliénés. Elle consistait en un appel direct au Roi par les familles, nobles ou bourgeoises, pour faire enfermer « pour correction » l’un des leurs qui, par ses agissements réels ou prétextés, perturbait leur tranquillité, ou simplement gênait du gain (.../...)

 

Biblio-sitographie     

La thèse : Jeanne-Marie JANDEAUX, Le roi et le déshonneur des familles. Les lettres de cachet pour affaires de famille en Franche-Comté au XVIIIe siècle. Paris, Ecole des chartes, 2017. 533 p., index, 38 €.   [Consultable aux Archives municipales de Saint-Claude et aux ADJ]

     N.B. : de nombreux cas sont évoqués en détail, dont, pour Saint-Claude, l’affaire Dauvergne , un lieutenant de maréchaussée qui obtient en 1769 l’enfermement de son épouse à Dole.

Un article synthétique : Jeanne-Marie JANDEAUX, « Le conflit familial en Franche-Comté au XVIIIe siècle dans les lettres de cachet pour affaires de famille », Travaux de la Société d’Emulation du Jura 2016, Lons-le-Saunier, SEJ, 2017 ; p. 227-238.

Un résumé sur le site de l’Ecole de chartes : http://theses.enc.sorbonne.fr/2008/jandeaux

Véronique Blanchet-Rossi