Actualités

Recherches sur l'histoire des jardins : Le groupe de recherche poursuit ses travaux et fait appel à vos souvenirs Participez >

Conférences

Calendrier complet des prochaines conférences des Amis du Vieux Saint-Claude  

Publications

Toutes les publications disponibles sont présentées en ligne. Pour les commander, téléchargez le bon de commande >>

Adhésion

Soutenez l'association et obtenez de nombreux avantages :
Les avantages de l'adhésion >

Le Calendrier complet des conférences 2019-2020 sur l'histoire et le Patrimoine de Saint-Claude et du Haut-Jura
En collaboration avec les Archives municipales de Saint-Claude

Avec le concours du Département du Jura

 

Conférences d'avril à juin 2020

 

Annulées en raison des consignes Covid19 ou reportées en 2021

 8èmes Rencontres de l’histoire locale : Textiles et costumes

Samedi 7 mars 2020

Le thème des 8èmes Rencontres Textiles et costumes avait été choisi à l’initiative de la présidente des Amis du Vieux Saint-Claude, à bon escient si l’on en juge par le public nombreux et intéressé. Trois mini-expositions, riches en informations et en belles réalisations, étaient présentées dans la salle par les Amis du Grandvaux, les Pattofils et par Georges Paccoud sur le travail du chanvre et les célèbres « pignards ». Les actes, qui comporteront en principe les communications 1, 2, 3 et 4, seront publiés dans le bulletin 2021 des Amis du Vieux Saint-Claude.

Communications :

1.Véronique BLANCHET-ROSSI, Archives municipales de Saint-Claude : La filature de coton de Saint-Claude. La région de Saint-Claude, contrairement à sa voisine Moirans, n’avait pas au XVIIIe siècle de tradition textile bien établie. Une filature de coton, créée en 1791 par Claude François Dumoulin dans une ancienne maison canoniale (actuelle sous-préfecture), puis transférée vers 1820 par son fils Jean Alexis au moulin du Tomachon, a cependant constitué jusqu’à sa liquidation en 1842 l’un des principaux établissements industriels de la ville.

2.Marc CHEVASSUS, Amis du Vieux Saint-Claude : Regards sur une fusaïole datée. Sorte de contrepoids en forme d’anneau (en pierre, terre cuite, métal..), évidé pour servir de guide-fil, ce type d’objet constitue très souvent dans un contexte archéologique le seul témoignage d’une activité textile. C’est le cas pour cette fusaïole trouvée dans le secteur de Septmoncel, marquée « Jehan Gruet pater » et datée « 1607 », qui renvoie à une famille connue pour avoir importé de Genève le travail du lapidaire dans le contexte des guerres de religion.

3.Christine LEROY, Les Amis du Grandvaux : Retour sur l’exposition « Trésors d’antan au fil des plantes ».  Cette exposition, élaborée et présentée à la ferme Louis Mignot en 2012 suite au don d’un « carreau à dentelle aux fuseaux », abordait tous les aspects de la production de la fibre textile dans le Haut-Jura (culture du chanvre et du lin, teillage, filage, tissage) et de ses usages : vêtement, linge de maison, ouvrages brodés, sans oublier la maintenance, essentielle : lessive, mais aussi rapiéçage ou « rapetassage ». On retrouve tout cela dans une très belle brochure, présentée comme un abécédaire, toujours disponible à la vente :

Trésors d’antan au fil des plantes : retour sur une exposition pas comme les autres, Les Amis du Grandvaux, 2015, 64 p. ill. en coul. Prix : 8 €.

4.Geneviève PERES-LABOURDETTE, Université Paris 1 : Les sources iconographiques des dessins de vêtements et costumes comtois par Pidoux de la Maduère (XIIIe-XIXe s.) Le propos de cet érudit régionaliste, grand-père de l’intervenante, était de montrer qu’il a existé à différentes époques certaines particularités du ou plutôt des costumes franc-comtois, manifestes surtout dans les coiffes féminines. Mme Peres-Labourdette est partie à la découverte des sources de ses croquis dans le mobilier d’église (pierres tombales, vitraux, statues, stalles - dont celles de Saint-Claude – où des gens du peuple sont représentés), les tableaux comme ceux de Courbet, ou les faïences décorées.

5.Les Pattofils : Le patchwork, une nouvelle vie pour les textiles. La technique qui consiste à récupérer des chutes ou pièces de tissu pour leur donner une nouvelle vie utilitaire (couvertures) et/ou décorative (panneaux) est ancienne mais le patchwork à proprement parler est devenu l’art créatif que l’on connaît dans le monde anglo-saxon au XVIIIe siècle. L’invention de la machine à coudre lui a donné un grand essor au siècle suivant et l’association des Pattofils, créée à Lamoura en 1986, s’emploie à le faire vivre dans le Haut-Jura.

 

Véronique Blanchet-Rossi